Témoignage avec Josiane, une belle salope malgache

Même si on dit beaucoup de bien de Fanja, je n’ai pas encore eu l’occasion de tringler cette salope. Je me suis consolé avec Josiane qui m’a contacté directement le site. Elle m’a dit qu’elle était copine de Fanja, mais qu’elle valait largement le coup. Ces salopes sont vraiment très chères, près de 150 000 ariary pour la totale. Comme je ne viens à Madagascar que quelques fois par an, j’ai laché les billets. Il est loin le temps où on pouvait tringler une pétasse pour 25 000 FMG !

Pour 150 000 ariary, Josiane reste 12 heures avec toi, mais au bout du 6 heures, je n’en pouvais plus. Elle m’a vidé à plusieurs reprises et c’était une véritable furie au lit. D’abord, le rendez à Antaninarena près des escaliers. Elle me demande si on va à l’hotel en bus ou en taxis. Va pour le taxi. Elle m’emmène vers les hauteurs de la ville dans un hotel assez charmant. Elle ne m’a pas dit le nom, mais la chambre coutant 50 000 ar pour la journée.

Mais parlons de Josiane, un corps très bien roulé, des seins assez fermes et des fesses à tomber par terre. Elle avait plus de 30 ans, donc, une MILF comme on les aime. Dans la chambre, elle m’a demandé ce que je voulais en premier, massage ou fellation directe ! J’ai dit pour que le prix, cette négresse doit danser devant moi. Elle a mis une musique sur son téléphone et elle a commencé à se dandiner devant moi. Josiane maitrise parfaitement l’Ass Shaking. Mes yeux commençaient à sortir de leurs orbites en face de son cul qui se trémoussait dans tous les sens.

Je me suis jeté sur elle en agrippant ses seins et sa chatte, mais elle m’a repoussé en disant que le festin de négresse ne faisait que commencer. Ensuite, elle m’a couché sur le lit pour une séance de massage. Je dois dire que c’était très pro, on sent qu’elle a été formé à bonne école. Elle a utilisé des huiles de massage et elle m’a relaxé comme il faut. Ensuite, elle a pris ma queue pour la branler frénétiquement et elle l’a avalé d’un seul coup. J’ai pris sa tête par mes mains et je me suis enfoncé dans bouche frénétiquement. A un moment, j’ai gardé sa tête, enfoncée dans ma queue, pendant que je lui donnais des coups violents.

La fellation était très bonne, je connais beaucoup de salopes malgaches qui n’y connaissent rien et qui utilisent souvent leurs dents. Ici, une bouche accueillante à souhait et une langue comme un serpent qui me procurait des bouffées de plaisir intense. Je l’ai pris par les seins pour la faire allonger. J’ai écarté ses jambes et HOP, le limage de négresse peut commencer. Elle me regardait avec des yeux exorbités en se demandant ce que ce gros tuyau est en train de faire à sa chatte. Limage sur limage. Au bout de 5 minutes, elle a commencé à hurler comme une véritable chienne. Je lui ai dit que je voulais la fesser. Sans un mot, elle s’est mis à quatre patte sur le lit en m’offrant ses grosses fesses.

Et la première gifle est parti lui arrachant un cri délicieux de salope. Je l’ai fessé comme pas possible, le cul bien rouge. Heureusement que l’hotel était discret, car ces couinements de truies aurait pu attirer l’attention. Comme je l’avais indiqué dans le RV, je suis prêt à te donner 150m ariary si je peux t’enculer comme je veux. Mais après la fessée, j’ai encore détruit sa chatte pendant 20 minutes. Et là pas de pause comme le mec avec Fanja, alors qu’elle avait encore les jambes écartées, je l’ai pris par les cheveux, je l’ai retourné à plat ventre et je me suis couché sur elle. Mes jambes bloquant le sien et mes bras emprisonnant les siens et sa tête. Je me suis levé un peu et ma bite s’est enfoncé dans son cul comme dans du satin. La sensation était indescriptible !!!! Josiane avait le trou de balle bien serré, alors imaginez ma grosse queue en train de lui exploser son cul en lui arrachant des hurlements de salope à chaque coup. Et là, je me suis fait plaisir. J’ai accéléré la cadence et parmi ses cris de négresse, je l’entendais vociférais en malgache du genre Jesosy ! Jesosy ! Oka Zayy, Okaaaaa Zay !!! Vonjeoaaaaaaaa !!!! Comme je sais retenir ma semence, je peux vous dire que je lui ai bien défoncer son cul et j’ai pris sa propre ceinture pour la fesser pendant que je la défonçais encore et encore.

A la fin, j’ai éjaculé dans son cul dans un Raaaallllll merveilleux. Elle était toujours à plat ventre et elle pensait sans doute quel est ce troupeau de taureaux qui vient de lui passer dessus. Je lui ai donné son argent pendant qu’elle se revêtait et on est parti ensemble. A la fin, elle m’a dit en souriant : Ecoute, tu m’a baisé comme un sauvage, mais si ça te dit, on peut recommencer quand tu reviendra à Madagascar et je te ferais un prix. Encore une que j’avais convaincu avec ma queue !

Et chère Josiane, oui, je reviendrais pour l’été et je viendrais de nouveau de chercher pour une séance de baise inoubliable.

 

Aller à la barre d’outils