Le pervers narcissique, une description complète chez les hommes et les femmes

Chez le pervers narcissique, les femmes sont majoritaires, mais les hommes ne sont pas en reste. Mais la perversion narcissique se montre différemment chez les deux sexes.


Chez le pervers narcissique, les femmes sont majoritaires, mais les hommes ne sont pas en reste. Mais la perversion narcissique se montre différemment chez les deux sexes.

Le pervers narcissique est quelqu’un qui prend du plaisir au détriment des autres. La définition reste flou et chaque psychiatre va donner sa variante. Pour certains psychiatres, le pervers narcissique n’existe pas et c’est un concept, inventé de toutes pièces par le féminisme contemporain. Pour la bonne et simple raison que tout le monde est un pervers narcissique à différents niveaux. C’est une tendance universelle chez les êtres humains et même chez les chimpanzés.

Une définition difficile du pervers narcissique

Le plaisir de soi du pervers narcissique n’est pas forcément cruel pour les autres. On est loin de la psychopathie de phase 2 où une personne ressent du plaisir en faisant du mal aux autres. Non, le pervers narcissique considère simplement que son plaisir passe avant tout le reste et donc, par conséquent, c’est au détriment des autres. Cette perversion n’a pas de cible érogène et cela signifie que le pervers n’en tire pas de plaisir sexuel.

En revanche, les brimades sexuelles et la violence sexuelle font partie des outils pour atteindre son propre plaisir. Contrairement au défouloir sexuel où on va exercer sa rage sexuelle sur la dame, ici, le pervers narcissique considère la femme comme un outil afin d’avoir son plaisir narcissique (et non sexuel). Mais c’est quoi le trait dominant ? Le narcissisme ou la perversion. Clairement, la perversion narcissique est principalement une perversion. Toutefois, on ne peut dire pas que toute forme de perversion est une instance du narcissisme.

Le pervers narcissique cherche souvent à échapper à une souffrance personnelle profonde. Par exemple, dans le cas d’un deuil personnel, il va mettre ce deuil sur les épaules de quelqu’un d’autre (afin d’avoir à souffrir lui-même). Ensuite, le pervers narcissique va avoir ce comportement comme des genres de cicatrices par d’autres psychoses qu’il tente de traiter ou de refouler.

Les principaux profils du pervers narcissique

Comme on l’a mentionné, tout le monde est un pervers narcissique à différents niveaux. Mais les champions incontestés sont les imposteurs, les escrocs et les tricheurs. Cela explique pourquoi chez les hommes, les principaux pervers narcissiques sont les coureurs de jupon. Il va aller de dame en dame pour butiner, afin d’éviter à avoir confrontrer sa propre souffrance et de trouver une échappatoire à la haine qu’il a, envers son propre couple.

La perversion narcissique, majoritaire chez les femmes

Comme la médiatisation du pervers narcissique a été faite par la propagande du féminisme contemporain, on pense à tort que ce sont les hommes qui sont principalement des pervers narcissiques. Rien de plus faux, car dans les études à grande échelle, 78 % des pervers narcissiques sont des femmes. Mais les hommes ne sont pas en reste. Toutefois, la perversion narcissique est très différente chez l’homme et la femme.

Chez le pervers narcissique, les femmes sont majoritaires, mais les hommes ne sont pas en reste. Mais la perversion narcissique se montre différemment chez les deux sexes.

Chez les femmes, la perverse narcissique sera plus agressive et plus cruelle, car elle se base sur la psychose passionnelle et la paranoia. Les femmes, ayant une jalousie possessive, sont un signe distinctif de la perverse narcissique. De même, vous avez les enfants malades, qui sont couvés à mort, par une mère ultra-possessive et d’une agressivité nullement pareille à une autre. Ce type de mère, sera castratrice à l’extrême, gardant jalousement sa possession (ses enfants) avec une haine parfois tellement intense, qu’elle fait peur à son entourage. Mais cette haine est la seule façon de cacher sa propre dépression.

C’est une déviation psychotique de l’instinct maternelle qui ira jusqu’à tuer l’enfant plutôt que de le laisser échapper à son contrôle. On considère ce trait comme étant une femme phalloïde, dans la mesure où la frustration sexuelle, des déviances sexuelles diverses font partie intégrante de sa personnalité.

Chez les hommes, le pervers narcissique sera tourné surtout vers le narcissisme. Moi, moi, moi. Un plaisir éternellement insatisfait que tout doit tourner autour de lui. Face à des femmes soumises, le pervers narcissique sera comme un coq en pâte.

Où trouve-t-on les pervers narcissiques ?

Le mauvais fruit a forcément poussé dans un mauvais arbre, dans un terreau pourri. On trouve la plupart des pervers narcissiques dans des familles dont les parents ont des traits psychotiques. Des familles, déchirées par des luttes internes entre la psychose et la perversion. D’où le fait qu’on trouve énormément de pervers narcissique dans les communautés endogames.

Comme ils s’accouplent constamment entre eux, on a parfois une famille, proche et distante, d’une centaine de personnes, qui font faire une soupe de pychose dans laquelle, les pires vicissitudes de l’âme humain pourront pousser à loisir et dont les pervers narcissiques en seront les plus beaux fruits.

La séduction narcissique

La principale racine de la perversion narcissique se trouve dans la mégalomanie de l’enfance. Il va se produire principalement dans une famille où le père est absent ou mort. L’enfant considère qu’il a le rôle du père dans la vie de la mère. Et il va devenir un pervers narcissique pour éviter à la fois le complexe d’oedipe et pour empêcher la destruction de son propre supergo. Cette perversion va lui permettre de développer une immunité au conflit.

Il va éviter tous les conflits familiaux, il va se renfermer sur lui-même, évitera des conversations franches avec ses frères ou soeurs s’il en a. Et s’il n’en a pas, alors la perversion va atteindre des sommets délirants. La perversion narcissique est toujours un chemin sûr pour la psychose à l’âge adulte. A mesure qu’il va grandir, sa sexualité sera entièrement influencé par la perversion.

La sodomie brutale sera une de ses préférences parce qu’il lui permet d’assouvir sa domination. La même chose pour le sadisme qui arrivera par la suite. En 1998, le FBI avait arrêté un homme qui agressait les femmes à leur sortie de bureau. Il était totalement survolté et l’examen psychiatrique avait fuité lors du procès. C’était un pervers narcissique. Et pendant la perquisition, on a trouvé des magazines porno dont la sodomie brutale composait 90 % du contenu. Pour le pervers narcissique, les femmes ne sont qu’un objet sexuel. Une espèce de poupée gonflable avec 3 trous qu’on peut martyriser à volonté.

Les caractéristiques du pervers narcissique

Avec ces caractéristiques, on peut déjà reconnaitre un pervers narcissique dans sa vie intime. Que vous soyez une épouse subissant un pervers narcissique ou un époux. Même si la perverse narcissique comme épouse aura des comportements différents, proche du secteur.

Elle va utiliser les mêmes mécaniques que la mère possessive. Car elle va couper son maris de toute relation extérieur. Elle va le monter contre le reste du monde en disant tout le monde est mauvais est qu’elle seule peut le protéger. En général, l’issue est fatale, car cela se termine par le meurtre ou la perte de raison du mari, en raison d’une toxicité extrême dans le couple.

Mais à l’extérieur, si vous n’avez pas de relations sexuelles avec une personne, permettant de détecter un pervers narcissique, comment faire. Le principal signe est le refus de n’importe quel dette. Comme un pervers narcissique est entièrement tourné vers sa propre personne, il déteste l’idée de voir quelque chose à quelqu’un. Cela le met hors de lui et c’est pour ça qu’ils font d’excellents gestionnaires de portefeuille et de patrimoine dans la haute finance.

Que ce soit une dette financière ou personnelle, il refuse le concept même d’aide. Il pense qu’il peut s’en sortir par ses propres moyens ou crever en essayant. Le mot “merci” lui écorche littéralement la bouche. Et on a aussi le refus de remord. S’il fait une mauvaise action, il ne peut pas reconnaitre le moindre remord, car cela revient à briser sa personnalité parfaite de pervers narcissique. Il n’y que lui qu’on doit remercier et complimenter à longueur de journée.

Je n’ai pas de maitre

Le refus de gratitude et de remord va provoquer une espèce de liberté psychotique chez le pervers narcissique. Il ne doit rien à personne, il n’est le fils de personne. Il n’a pas rivaux, car il les élimine par sa propre supériorité imaginaire.

Sa propre fierté est son principal attribut. Mais il veut que tout le monde attende quelque chose de lui et dépende de lui. La domination sera extrêmement plaisante pour le pervers narcissique si des gens dépendent de lui, mais qu’évidemment, il refusera de satisfaire puisque c’est un narcissique.

Toutefois, la réalité va le faire comprendre qu’il n’est pas si supérieur que ça. Dans ce cas, le pervers narcissique va devenir un maitre absolu dans le déguisement et le parasitisme. Il va se rapprocher de gens talenteux, riches et bien dotés pour se mettre dans leurs souliers. Il va se trouver une petite place et s’y nicher confortablement.

Contrairement à ce qu’on pense, un pervers narcissique n’est pas timide ou réservé. C’est quelqu’un qui maitrise les relations sociales factices à la perfection. C’est à dire qu’il peut violer brutalement sa femme pendant la nuit tandis que le reste du monde verra le meilleur des hommes, tout sourire, prêt à rendre service à n’importe qui.

Cette double facette le rend extrêmement dangereux. Car d’une part, la victime sera décrédibilisée en mode : “Mais qu’est-ce qu’elle raconte, c’est le plus charmant des hommes !” et d’autre part, cela lui permettra de développer son parasitisme à souhait. On a remarqué une concentration très forte des pervers narcissiques dans le milieu de la politique et des médias. Des journalistes, proches du pouvoir, sont un profil idéal pour la perversion narcissique.

Le langage sera l’une de ses principales armes. Une bonne maitrise des lettres, des conversations civilisés et une bienséance apparente en toutes circonstances.

Le pervers narcissique chez les musulmans et les musulmanes

On a mentionné que le pervers narcissique se développait dans certaines familles. Et on a un intérêt clinique pour cette pathologie avec l’arrivée de nombreuses familles musulmanes en Occident. Car les pervers narcissiques pullulent chez les familles musulmans, que ce soit des hommes et des femmes. Chez les hommes, cela semble évident. La structure traditionnelle et la place des femmes, généralement soumises, est un bon terreau pour le pervers narcissique.

Ainsi, la musulmane acceptera les pires perversions sexuelles de la part de son mari, car elle estime qu’il en a le droit. De plus, il faut le corréler avec l’absence totale de l’accès au corps des femmes dans les pays musulmans pour avoir une incitation à la sodomie (via l’homosexualité). Si on cache le corps des femmes, le désir et la frustration sexuelle seront décuplés vis à vis des autres hommes. Et après le mariage, cette déviance sexuelle va frapper de plein fouet la femme.

Pour la femme, on retrouve un profil ultra-possessif. Car vu l’importance du mariage en Islam pour les femmes, la perverse narcissique va considérer que toutes les autres femmes sont des rivales. Cela se traduit souvent par une lutte sans merci au sein de la famille pour prendre le contrôle du mari (et donc de l’homme qui est souvent le chef de la famille).

Dans la famille indienne, la perversion narcissique va surtout se voir chez la mère. Société matrimoniale par exellence, en Inde, une jeune femme est une pute tandis qu’une mère est une reine. Et l’importance du mariage étant aussi cruciale, on se retrouve avec des mères possessives qui ont un contrôle absolu sur la vie de leur fils et de leur belle-fille. Cela se traduit par la situation actuelle qu’on connait en Inde dans ces domaines.

Une normalisation de la perversion narcissique à cause de la pornographie moderne

La perversion narcissique est destructrice pour le pervers, mais également pour son entourage. Toutefois, la psychiatrie a dû mal à statuer dessus. De plus, la pornographie actuelle justifie les activités sexuelles du pervers narcissique. La sodomie est banalisée, la sodomie brutale, violente ou à sec sont considérés comme des actes normaux.

Quand il voit ces images, le pervers narcissique considère, à tort, qu’il est normal. Et c’est pire puisque les femmes, qui le subissent, estiment que c’est aussi dans l’air du temps. Et la tendance pornographique va continuer dans les années avec une focalisation forte sur les actes de plus en plus brutaux.

Et il est impossible de soigner un pervers narcissique à moins de le quitter définitivement. Toute tentative de soin se solde par un échec, car toute sa personnalité est centrée sur lui et il refusera toute aide ou tout explication que s’aimer trop soi-même au dépend des autres est une maladie mentale, sans doute la plus grave dans notre monde moderne, qui la banalise à souhait.