Le fantasme de viol chez les femmes, tellement fréquent qu’il en est banal

Le fantasme de viol est un sujet tabou, mais il est présent chez la majorité des femmes. Et c’est un fantasme tellement fréquent qu’il en est banal.


On parle de fantasme de viol ou de fantasme de relation sexuelles forcées. Dans les deux cas, c’est la même chose et on estime que 62 % des femmes ressentent régulièrement l’envie de se faire baiser de manière forcée. Cela n’a rien à avoir avec le viol, car ce dernier est un outil de domination et d’humiliation. C’est un sentiment qui vient de notre nature animale où le mâle est dominateur et la femelle est naturellement soumises. Même si c’est juste l’une des explications, le mouvement des féministes a tenté de diaboliser le fantasme de viol en la pathologisant à tort et à travers.

On connait l’exemple de cette femme à Chicago qui a été internée de force, car elle a avoué, lors d’une réunion féministe, qu’elle adorait se faire prendre, en étant forcée par son mari. Les féministes l’ont dénoncé et elles ont fait pression sur les psychiatres pour qu’ils la considèrent comme étant folle. Résultat ? Des thérapies par électrochoc et des camisoles chimiques pendant des mois. La femme se suicidera à sa sortie de l’asile. Car le fantasme de viol est naturel et c’est quand on tente de le contrôler et surtout  de le “soigner” qu’il va déclencher des troubles psychotiques à la personne. Mais attention, ce fantasme doit venir de la femme et non de l’homme.

Donc, chères dames et demoiselles, le fantasme de viol est tout fait naturel, cela prouve que vous avez des fantasmes très sains. Parlez-en à votre compagnon pour qu’il tente de vous satisfaire. Mais dans notre monde bien-pensant et fondamentaliste à l’extrême, n’en parlez pas autour de vous. Vous risquez de vous retrouver dans un asile fissa.